Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

jeudi, 30 octobre 2014

P. Jovanovic / B. Monot : La revue de presse (Octobre 2014)

Les Infos Dont On Parle Peu Nº76


Les Infos Dont On Parle Peu Nº76 par agenceinfolibre

Nigel Farage : « la commission européenne est l’ennemi ultime du concept de démocratie »

mercredi, 29 octobre 2014

Olivier Passet, Xerfi Canal Une zone euro zombie et paralytique

samedi, 25 octobre 2014

Big Brother : En plus des caméras, voici les enregistrements sonores (M.A.J)

 

OBEY!^

 

Faudra-t-il dans quelques années pour préserver notre anonymat et notre  intimité, parcourir les rues déguisés et muets ?  Non, bien sûr, c’est pour votre confort et votre sécurité !

Big brother étend ses tentacules. 

Bienvenue à Futuropolis.. 

Est-ce ainsi que nous voulons vivre ?

 

MISE À JOUR .  

C’EST ENCORE PIRE QUE CE QUE L’ON CROIT : Des caméras de surveillance capable de lire sur les lèvres  (voir la vidéo rajoutée après l’article)

À Santander, les murs ont des oreilles

Les bruits de la ville représentent bien souvent une nuisance, mais ils renferment aussi des informations importantes : peut-on utiliser ces données pour améliorer la vie des habitants ? Des ingénieurs et des scientifiques participant à un projet de recherche européen baptisé EAR-IT tentent de trouver des réponses dans la ville espagnole de Santander.Ils se sont d’abord intéressés aux véhicules d’urgence qui ont parfois du mal à se frayer un chemin dans la circulation. “Le plus souvent, une ambulance doit entrer rapidement dans l’hôpital : des vies peuvent être en jeu,” souligne Pedro Maló, chercheur en “internet des objets” au sein de l’Université de Lisbonne FCT-UNL / UNINOVA-CTS et coordinateur du projet. “Donc on propose de recourir à une solution technologique : des appareils acoustiques qui peuvent permettre un accès rapide des ambulances à l’hôpital,” poursuit-il, “par exemple en changeant la couleur des feux de signalisation.”Des capteurs acoustiques peuvent ainsi détecter et reconnaître le son émis par les sirènes si bien que ce système intelligent sait d’où vient le véhicule et agit sur les feux pour lui libérer le passage. “Ces capteurs ont plein d’avantages,” explique Györgi Nagy, chercheur en technologies acoustiques à l’==Institut Fraunhofer dédié aux technologies des médias numériques==, “ils sont économiques et peuvent remplir de nombreux objectifs et même s’ils ne voient pas l’ambulance, ils peuvent quand même la reconnaître grâce au son qu’elle émet.”

Ces outils sont les derniers gadgets électroniques à intégrer un vaste réseau déployé dans Santander qui fait d’ailleurs d’elle, le meilleur exemple de ville intelligente en Europe. “Quand on parle de “ville intelligente”,” indique Luis Muñoz, chercheur en réseaux sans fil à l’==Université de Cantabrie et manager technique de SmartSantander==, “on fait référence à un système qui recueille des données sur différents aspects de la vie en ville : il peut permettre de gérer le trafic, la consommation d‘énergie ou s’intéresser à des paramètres divers en lien avec l’environnement,” ajoute-t-il, “ce sont des outils qui rendent la ville plus pratique et plus durable.”

Mais comment les habitants tirent-ils avantage de cette technologie ? Dans les rues de Santander, nous découvrons notamment des capteurs électromagnétiques qui comptabilisent les places de stationnement disponibles. L’information est accessible sur smartphone.

Ces dispositifs – et en particulier ces murs qui ont des oreilles – interrogent : les chercheurs assurent ne pas enregistrer les conversations privées. “Les gens ne veulent pas qu’on les écoute,” reconnaît Annika Sällström, spécialiste en implication des utilisateurs au Centre des technologies de la connectivité (Centre for Distance-Spanning Technology) à l’Université de technologie de Luleå (Suède), “mais ils peuvent accepter que le son ambiant soit capté s’il en va de la sécurité. Dans notre étude,” poursuit-elle, “on s’est rendu compte qu’ils peuvent renoncer à une petite part de leur vie privée pour leur sécurité.”

Le réseau intelligent de Santander est géré depuis une salle de contrôle unique : en parallèle de ses utilisations pratiques, il sert aussi de laboratoire grandeur nature. Les chercheurs y expérimentent la ville de demain. “Il y a de nombreuses manières dont l’infrastructure acoustique peut être utilisée,” insiste Juan Ramón Santana Martinez, chercheur en réseaux de captation sans fil à l’Université de Cantabrie, “on peut surveiller l‘évolution du trafic en mesurant les niveaux de bruit dans les rues ou on peut même détecter des situations d’urgence : si quelqu’un crie à l’aide ou qu’il y a des coups de feu, les autorités peuvent être alertées automatiquement.”

Vidéo et article : Euronews via Romandie.com

MISE A JOUR

SOURCE : http://news360x.fr/cameras-despionnage-surveillance-capab...

via source

Big brother is watching you

one of the few required school books i thoroughly enjoyed

L'un des chefs de file du mouvement pour la vérité fait sauter le tabou du 11 septembre devant des millions de spectateurs

 

 





Imaginez une longue interview -rigoureuse dans le fond et mesurée sur la forme- au sujet d'une éminente controverse politique. Pas de petite phrase, aucune forme de raccourci expéditif, pas la moindre trace de condescendance de la part de l'interviewer. Et transposez la scène dans le paysage audiovisuel français.
 
Une projection difficile?
 
Au regard du tabou que constitue le 11-Septembre dans les médias traditionnels de l'Hexagone, il faudrait effectivement faire preuve d'une grande souplesse mentale pour envisager la reproduction locale d'une telle scène.
 
Celle-ci s'est réellement produite. Le vendredi 1er août, sur la chaîne américaine C-Span, un moment édifiant de télévision s'est déroulé.
 
Relativement équivalente au duo LCP-Public Sénat et forte d'un accès à plus de 100 millions de foyers américains, la chaîne a convié une personnalité singulière: Richard Gage, président et fondateur de l'association dénommée "Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11-Septembre".
 
 Porte-parole de plus de 2200 professionnels, l'homme a bénéficié d'un temps long (40 minutes) et d'un interlocuteur pointilleux mais respectueux (le journaliste-producteur Peter Slen) pour étayer la thèse scientifique de son groupe, contraire à la version officielle défendue par l'Adminisitration Bush : les trois tours du World Trade Center ont subi une démolition contrôlée le 11 septembre 2001.
 
Atout ou faiblesse -selon le point de vue- de l'association de Richard Gage : ne jamais discuter des véritables responsables du 11-Septembre (un sujet délicat qu'il revient uniquement aux "enquêteurs criminels et aux journalistes d'investigation" d'aborder selon l'architecte).
 
Sur Youtube et en l'espace de deux mois, la vidéo de l'entretien a déjà suscité l'intérêt de près de 400 000 internautes.
 

Olivier Delamarche le 20 octobre 2014 - Sicavonline : « Je vois un changement de système monétaire mondial »

Les cinq plus gros mensonges sur le virus Ebola

 

 
Les cinq plus gros mensonges sur le virus Ebola répandus par le gouvernement et les médias

Malheureusement, toute la désinformation que le gouvernement et les médias complices propagent sur Ebola rendra la pandémie du virus Ebola bien pire. C’est parce qu’on ne dit pas la vérité aux gens sur la façon dont le virus Ebola se propage et comment ils peuvent aider à empêcher la transmission de la maladie.

Les médias et le gouvernement protègent les intérêts financiers des compagnies pharmaceutiques qui semblent être beaucoup plus importants que la santé.publique. Les gens sont tellement nombreux à ignorer la façon dont le virus Ebola se propage et de quelle façon ils peuvent améliorer leur capacité à survivre à une pandémie mondiale.

Voici cinq des plus gros mensonges répandus sur Ebola en ce moment.

Mensonge n ° 1- Ebola ne pourra jamais arriver chez nous

Ce mensonge a été brisé quand on a enregistré des cas en Europe et aux Etats-Unis. Non seulement le virus Ebola s’est déjà répandu, mais des scientifiques de haut niveau disent que ce n’est que le début et que Ebola va se propager encore plus.

Mensonge n ° 2- Ebola se propage par contact direct avec les fluides corporels

Ce mensonge médical scandaleux pourrait bientôt coûter la vie à des millions de personnes innocentes.

En réalité, le virus Ebola se propage dans l’air sur de courtes distances par l’intermédiaire d’aérosols -des particules aéroportées, Ebola peut aussi se propager par l’intermédiaire de surfaces contaminées. Lorsque des patients contaminés touchent une surface comme une poignée de porte ou un clavier, ils laissent derrière eux le virus Ebola, un virus qui survit pendant plusieurs minutes voire plusieurs heures à l’air libre, selon les conditions environnementales (température, humidité, etc).

La capacité du virus Ebola à se propager via des surfaces contaminées explique pourquoi les victimes en Afrique ont été infectées dans les taxis. Cela signifie également que n’importe quel mode de transport en commun (avions, ambulances, métros) peut héberger le virus et accélérer la propagation d’une épidémie.

Comme tous les virus, le virus Ebola est détruit par la lumière du soleil. Mais il peut rester viable pendant une période étonnamment longue dans des environnements où la lumière du soleil ne parvient jamais, comme le métro souterrain, un lieu idéal pour la transmission virale.

Mensonge n °3- Ne vous inquiétez pas: Les autorités sanitaires ont la situation sous contrôle

Le principal mensonge sur le virus Ebola que les gouvernements répètent sans cesse est « Ne vous inquiétez pas, nous avons la situation sous contrôle! »

Bien sûr, le fait qu’une victime infectée par Ebola soit allée dans le pays avec Ebola, puis qu’elle ait marché pendant 10 jours en transportant le virus Ebola, prouve que les autorités sanitaires ne contrôlent rien du tout.

En réalité, le virus Ebola est complètement hors de contrôle, ce qui est précisément la raison pour laquelle son apparition soudaine dans un hôpital de Dallas a surpris presque tout le monde.

Si le gouvernement américain a la situation sous contrôle, alors pourquoi a-t-il acheté 160 000 combinaisons de protection pour Ebola? Pourquoi Obama a t-il récemment signé un décret pour autoriser mise en quarantaine la mise en quarantaine de toute personne qui présente des symptômes d’une maladie infectieuse? Tout le monde sait que cette pandémie pourrait rapidement devenir une maladie mondiale meurtrière que personne ne pourra arrêter.

Mensonge n ° 4- La seule défense contre le virus Ebola est un vaccin ou un médicament pharmaceutique

Ce mensonge pourrait tuer des millions de personnes si l’épidémie d’Ebola s’aggrave. Dans une tentative désespérée pour s’assurer que Ebola génère des milliards de dollars de profits pour les fabricants de vaccins et les compagnies pharmaceutiques, la CDC, la FDA et même la FTC censurent régulièrement des informations véridiques sur les traitements naturels qui pourraient être efficaces (comme l’argent colloïdal).

Les entreprises qui proposent des huiles essentielles bénéfiques et des produits à base d’argent colloïdal ont déjà été menacées de fermeture et de poursuites pénales par la FDA .Les médias traditionnels restent complices de l’oppression systématique des remèdes naturels, l’impression de la propagande de la FDA, tout en évitant complètement toutes les informations qui pourraient démontrer les capacités anti-virales extraordinaires de nombreuses plantes médicinales.

Si nous voulons vraiment arrêter la propagation de cette pandémie virale dès à présent, les gouvernements et les médias devraient inciter les citoyens à stimuler leurs défenses immunitaires en consommant des aliments plus nutritifs, des épices à base de plantes, et des plantes anti-virales (dont la menthe, le basilic, le romarin , la cannelle, l’origan et le curcuma pour n’en nommer que quelques-uns)comme je l’ai décrit dans Episode Six de préparation à une pandémie .

Tous les gens devraient immédiatement s’assurer qu’ils n’ont pas de carence en vitamines, et ceux qui ont un taux de vitamine D insuffisant devraient prendre des suppléments de vitamine D.

Mais au lieu de pousser les gens à améliorer leur système immunitaire et à augmenter leurs défenses naturelles contre le virus Ebola, tout le monde dit de se « laver les mains » et d’attendre qu’une société pharmaceutique trouve la formule magique pour un vaccin contre le virus Ebola.

Mensonge n ° 5- Ebola est sorti de nulle part et est un pur hasard de la nature

La version moderne du virus Ebola qui est en circulation aujourd’hui pourrait bien être un virus transgénique, selon un scientifique qui a écrit un article en première page dans le plus grand journal du Liberia.

« Ebola est un organisme génétiquement modifié (OGM) » , a déclaré le Dr Cyril Broderick, professeur de pathologie des plantes, dans un article en première page publiée dans l’Observateur du Libéria.

Il poursuit en expliquant:

« Il existe une expérience militaire américaine qui fait des tests d’armes biologiques, sous le couvert de l’administration de vaccins pour lutter contre les maladies et améliorer la santé, pour soutenir davantage cette demande de recherche en génie génétique, le gouvernement américain a breveté Ebola en 2010 et revendique aujourd’hui la propriété intellectuelle sur le virus Ebola et toutes ses variantes. Ce numéro de brevet est CA2741523A1 cliquez sur ce lien.

Pour en savoir plus sur le brevet du virus Ebola et le contrôle de ses recherches lire cet article de Nouvelles naturel .

Cela signifie que le gouvernement américain prétend tout contrôler sur les recherches Ebola, aussi, parce que tout projet de recherche impliquant la réplication du virus violerait le brevet du gouvernement.

En fait, la capacité de transmission nettement améliorée de la souche Ebola circule actuellement (par rapport aux épidémies précédentes au cours des années passées) a convaincu beaucoup de gens que cette souche a été « militarisée ».

Plusieurs scientifiques américains ont ouvertement appelé à la dépopulation mondiale en utilisant des armes biologiques génétiquement modifiées comme le virus Ebola. Le Dr Eric Pianka de l’Université du Texas à Austin aurait préconisé l’utilisation du virus Ebola pour éradiquer 90% de la population humaine, selon Life Site News.

Il semble qu’il pourrait bientôt voir son vœu se réaliser. Si l’explosion actuelle du virus Ebola continue, la population mondiale pourrait être en péril et plusieurs millions de personnes pourraient mourir.

Ceux qui souhaitent échapper à la pandémie mondiale doivent apprendre à se préparer en commençant par se tourner vers les remèdes naturels pour renforcer leur système immunitaire.

Source
Vu ici
 

15:25 Publié dans Actualitées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ebola |  Facebook |

La Russie face à l’OTAN

vendredi, 24 octobre 2014

Syrie: un afflux massif de migrants attendu! plus de 3 millions, plus grand exode depuis 1951

 

Syrie: un afflux massif de migrants attendu! plus de 3 millions, plus grand exode depuis 1951

Dans le square parisien où il tente de distraire son bébé de 18 mois, Aziz M., un Syrien de 33 ans qui a obtenu l'asile politique après avoir goûté à quatre reprises aux prisons de Bachar el Assad, est à bout de nerf.

«Après tout ce que j'ai traversé, je ne croyais pas en arriver là, être à la rue en France», explose le jeune homme (dont le prénom a été modifié, NDLR), employé de banque à Alep jusqu'en 2011, avant de rallier les manifestations contre le régime .. et de décider de fuir dans la désillusion face à la corruption généralisée, même au sein de l'opposition.

Selon la loi française, en tant que réfugié politique, il a le droit de travailler et celui de toucher des allocations sociales et familiales au même titre que les nationaux.

Mais, depuis son arrivée à Paris en février, via la Turquie, l'île grecque de Mytilène, et l'Italie, Aziz est hébergé au domicile d'une militante associative. Parce qu'aucune structure d'accueil n'est prévue.

«Le seul recours que j'ai c'est le 115», le numéro utilisé par les Sans domicile fixe, «or, je ne peux pas changer d'hôtel tous les soirs avec le bébé». Né pendant les manifestations et sous les roquettes à Alep, le petit a du mal à dormir et a besoin du suivi d'un pédo-psychiatre.

En attendant, Aziz ronge son frein, et supporte mal la bureaucratie d'un pays qui lui fait remarquer qu'il a «de la chance de ne pas être sous les balles».

Certains Syriens ne tentent même pas de demander l'asile en France, et gonflent le flot des migrants qui campent à Calais pour tenter de rallier la Grande-Bretagne.

Elevés dans la tradition d'accueil du Levant, la plupart sont «plombés» lorsqu'ils se rendent compte qu'ils «ne peuvent pas avoir de toit» en arrivant dans ce qu'ils considèrent comme «le +pays des droits de l'Homme+», où plus de 90% des demandes d'asile sont pourtant accordées aux Syriens, traduit Sabreena Al Rassace, responsable de l'association «Revivre».

- Plus grand exode (mondial) depuis les années 50 -

Depuis 2011, comme Aziz, des millions de Syriens sont poussés sur les routes de l'exil. Certains n'ont que leur chemise sur le dos, comme les plus de 200.000 Kurdes de Kobané, chassés vers la Turquie par l'avance du groupe jihadiste Etat Islamique.

«La situation syrienne constitue le plus grand exode de population civile jamais enregistré depuis la création du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en 1951», résume Philippe Leclerc, représentant en France du HCR.

Plus de 3 millions de réfugiés syriens se trouvent en Turquie, au Liban et en Jordanie. Soit un exode supérieur à celui du génocide rwandais en 1994, lorsque 2,3 millions de personnes avaient été forcées de quitter leur foyer.

Cette migration de masse déstabilise aujourd'hui la vie quotidienne des pays voisins.

Les tensions montent contre les réfugiés, dans les camps en Turquie, notamment cet été à Gaziantep, ou au Liban, qui a fini par annoncer la fermeture de ses frontières aux réfugiés le week-end dernier.

«Nous faisons face à l'afflux de 1,3 million de réfugiés syriens. C'est comme si la France devait accueillir 20 millions de réfugiés en l'espace de trois ans. Aucun pays ne peut faire face à de telles proportions», a souligné l'ancien chef du gouvernement libanais Saad Hariri dans Le Figaro.

Si dans le reste du monde l'émotion est réelle, le nombre de réfugiés accueillis reste dérisoire - malgré les appels du HCR - par rapport à l'ampleur de la migration. La crise est passée par là.

Ainsi dans l'Europe des 28, minée par le chômage et la montée des populismes, 144.632 Syriens ont demandé l'asile depuis 2011, et un peu moins l'ont obtenu, selon les chiffres du HCR.

En Europe, deux capitales se distinguent néanmoins par leurs efforts: Berlin et Stockholm.

En Allemagne, où réside une forte communauté kurde, et où aura lieu le 28 octobre une conférence internationale sur le sort des réfugiés syriens, ceux-ci constituent les premiers demandeurs d'asile.

De janvier à fin août, 20.184 Syriens ont déposé une demande, soit un bond de 186% par rapport à la même période de 2013, et 38.808 depuis le début du conflit.

- «Catastrophe humanitaire» -

Le pays a par ailleurs accepté 20.000 réfugiés supplémentaires dans le cadre d'un programme spécial, dit de «réinstallation», lancé par le HCR, portant sur 42.000 places au total (La France a offert 500 places dans le même cadre)

Du coup, en Allemagne, les chiffres explosent et les centres d'accueil sont débordés dans les grandes villes, où les Syriens s'entassent dans des gymnases, des logements conteneurs ou des casernes. A Cologne, on a transformé d'anciennes grandes surfaces de meubles ou de bricolage en centre d'hébergement. La Croix rouge bavaroise dénonce une «catastrophe humanitaire».

La Suède a été pour sa part le premier pays de l'UE à accorder l'asile à tous les demandeurs, avec plus de 30.000 permis accordés. Et cet afflux met à l'épreuve le généreux système d'accueil du pays scandinave.

Depuis début 2014, l'agence des migrations a déjà lancé cinq appels pour trouver de nouveaux centres d'hébergement en Suède. Pour Mareille Westlund, de l'ONG Pay it forward, les lourdeurs administratives du système empêchent l'intégration des réfugiés et l'apprentissage du suédois. «Les centres d'hébergement sont souvent à la périphérie des villes et offrent des possibilités limitées d'activités sociales», dit-elle.

En Italie et Grèce, les problèmes logistiques sont liés aux arrivées -dangereuses- par la mer, où plusieurs centaines de personnes ont trouvé la mort cette année. Pratiquement absents de la péninsule italienne en 2011, le nombre de Syriens a triplé en un an, 11.300 en 2013 et 32.600 en 2014, selon l'OIM.

En Grèce, les îles de la mer Egée face à la Turquie, sont en état d'urgence avec une augmentation de 223% des arrivées début 2014 par rapport à début 2013. Les réfugiés, dont 65% sont Syriens, s'entassent dans les commissariats des îles et dépendent souvent de la société civile pour leur survie.

En France - pays qui fût administrateur de la Syrie sous mandat de la Société des Nations de 1920 à 1946 -, quelque 3.500 réfugiés syriens ont été accueillis depuis 2011.

«Une forme de générosité extrêmement maîtrisée lorsqu'on compare avec les autres pays européens», raille Pierre Henry, dirigeant de l'association France terre d'Asile.

A ce jour, seuls 158 des 500 réfugiés que la France s'est engagée à accueillir en 2014 dans le cadre du programme de «réinstallation», sont arrivés. Trois groupes en provenance du Liban sont attendus mi-novembre et un autre issu des camps de Jordanie d'ici la fin de l'année, indique M. Leclerc du HCR. Les premiers ont été installés au Havre, en Dordogne, ou dans une petite ville de l'Isère.

Comme onze autres pays de l'espace Schengen, la France a mis en place des visas de transit aéroportuaire (VTA) pour les Syriens, ce qui rend encore plus difficile leurs arrivées

Rédigé par David Jarry - Webmaster

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/

Le conflit en Ukraine a forcé plus de 824 000 personnes à quitter leurs foyers

 

Le conflit en Ukraine a forcé plus de 824 000 personnes à quitter leurs foyers

Par La Voix de la Russie | Au moins 824 000 personnes ont été forcées de quitter leurs foyers après le début du conflit en Ukraine, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

 

 

Selon le rapport, il s’agit de 430 000 personnes déplacées. En outre, 387 000 personnes sont entrées sur le territoire de la Russie, autres 6600 ont demandé l'asile dans l'Union européenne et en Biélorussie.

Selon l'ONU, le nombre de personnes déplacées s'élève à 170 000 en septembre.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_10_24/Le-conflit-en-Ukrai...

L’UE est punie pour le désastre ukrainien et l’Amérique se marre…

 

 

Au lieu d’ajouter un vaste territoire (plus grand que la France) à leur empire sans que ça ne leur coûte un sou, les Européens doivent maintenant déverser de l’argent dans un panier sans fond.

 

L'union européenne étranglée par le gazoduc,  entre la Russie et l'UkraineL’union européenne étranglée par le gazoduc, entre la Russie et l’Ukraine

 

Milan est venu, Milan est reparti [1] [2]. En dépit des déclarations des politiciens sur un accord sur les paramètres, aucune vraie solution à la crise du gaz en Ukraine n’a été trouvée.

Et la neige a commencé à tomber à Moscou. Dans une semaine ou deux sans doute, l’Ukraine suivra.

Voici un résumé de la situation : depuis juin, les Russes disent que le tarif du gaz est de 485 dollars pour 1000 m3, mais qu’ils sont prêts à offrir une remise de 100 dollars, à condition que l’Ukraine commence par payer ses factures de gaz en souffrance. Et il est certain que, vu la manière dont les Ukrainiens se sont comportés dans le passé, les Russes ne leur fourniront à nouveau du gaz que s’il est prépayé. Les Ukrainiens rejettent ces demandes et exigent le juste prix, qui est, selon eux, de 269 dollars (pour les dettes comme pour la future livraison), comme cela avait été négocié en décembre avec le président déchu Viktor Ianoukovytch.

Mais ce prix avait été négocié à une époque où l’Ukraine faisait encore partie de la zone d’influence russe et était l’amie de la Russie. Elle est actuellement une colonie occidentale et les tarifs du gaz sont désormais ceux du marché. Sous la pression des Européens, les Ukrainiens ont offert de payer leur dette sur la base de 320 dollars, en attendant qu’on parvienne à un accord final. Mais les Ukrainiens veulent que ce paiement corresponde aux prochaines livraisons de gaz et non au remboursement de leur dette. Les Russes ont refusé et sont rentrés chez eux.

Alors, que va-t-il se passer maintenant ? La température va chuter et l’Ukraine va souffrir. Ce n’est pas difficile de prévoir ce que le gouvernement ukrainien va faire : il va ponctionner illégalement le gaz destiné à l’Europe, comme il l’a fait en 2009, ce qui forcera les Russes à interrompre les livraisons de gaz à l’Europe, puisqu’elles passent par l’Ukraine. Et comme les Européens, sur ordre de Washington [3], ont stoppé la construction du South-Stream (après tout, on ne veut pas être trop dépendant de la Russie, n’est-ce pas ?), l’Europe dépend maintenant des gazoducs qui traversent l’Ukraine.

Devinez ce qui va arriver ensuite ? L’Europe va être obligée de payer la note ukrainienne. Et c’est bien normal, non ? Il ne faut pas oublier que les politiciens de l’Union européenne, qui sont allés à l’euro-Maïdan jouer les porteurs d’eau de l’Empire étasunien, ont proclamé leur solidarité avec le peuple ukrainien. Eh bien qu’ils paient maintenant ! Et pour le plus grand malheur des contribuables européens !

Au lieu d’ajouter un vaste territoire (plus grand que la France) à leur empire, sans que ça ne leur coûte un sou, les Européens doivent maintenant déverser de l’argent dans un désastre sans issue : la population ukrainienne est quatre fois celle de la Grèce et sa situation économique est bien pire encore. Nous leur souhaitons bonne chance ! D’autant plus que l’Union européenne a détruit ses relations avec la Russie, un de ses marchés les plus importants.

Leurs maîtres américains n’en peuvent plus de rire !

Alexander Mercouris | 22-10-2014
America Laughs as EU Is Punished for Ukraine Disaster  (Traduit par Dominique Muselet pour vineyardsaker.fr)

Notes

[1] Putin’s Power Play: Why Russia Holds the Cards in the Ukraine Crisis (russia-insider.com, anglais, 22-10-2014)

[2] Mini-sommet Asie-Europe à Milan : les pourparlers sur le gaz sont dans l’impasse (vineyardsaker, français, 20-10-2014)

[3] McCain Visits Bulgaria (deepresource.wordpress.com, anglais, 09-06-2014)

Source : Vineyardsaker.fr

http://arretsurinfo.ch