Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

La collision des moeurs

  • Christophe Lambert : "Vous seriez éton­né par le nombre de pédo­philes proté­gés qu’on connaît dans la poli­tique"

     


    Christophe Lambert : "Vous seriez éton­né par... par nonstoppeople-officiel

    Révélé au grand public dans Greystoke, la légende de Tarzan, la carrière de Christophe Lambert a connu des hauts et des bas. Sa vie personnelle également. Avec deux mariages qui se sont terminés en divorce, ses problèmes d’alcoolisme et sa récente rupture, Christophe Lambert pourrait être au plus mal. Mais grâce à l’écriture, l’acteur retrouve un second souffle.

    En 1984, Christophe Lambert décroche le rôle qui le fera véritablement entrer dans le monde très fermé du cinéma. C’est donc dans le film Greystoke, la légende de Tarzan que l’acteur fait ses premiers pas, et surtout se fait connaître au-delà des frontières françaises. Car bien que Christophe Lambert soit né aux Etats-Unis, l’acteur a tout d’abord tenté sa chance en France avant de s’exporter à l’international. Doté d’un tempérament de feu, Christophe Lambert a une carrière atypique où se côtoient des films avec d’impressionnantes recettes, et d’autres complètement farfelus.

    Récemment interviewé par nos confrères de Voici, Christophe Lambert revient sur ses choix, pas toujours vraiment compris par son public. « Passer de Greys­toke à Subway, c’est extrême, mais pensé. Ensuite, j’ai eu une période grosses machines améri­caines qui, c’est vrai, racon­taient souvent la même chose. Je n’ai peut-être pas assez changé de genre, mais c’est ce qui me plai­sait. Un acteur qui s’en­nuie, ça se voit. »

    "J’ai arrêté de boire depuis long­temps"

    Des mauvais choix professionnels peut-être dû également au mal qui l’a rongé pendant des années, son alcoolisme. Et c’est sans langue de bois que Christophe Lambert aborde ce dernier. « J’ai arrêté de boire depuis long­temps. Je me suis sevré plusieurs fois, j’ai fait des rechutes, mais je connais désor­mais les méca­nismes de cette addic­tion. Les méde­cins m’ont expliqué qu’il s’agis­sait d’une mala­die. Aujourd’­hui, je suis en paix et je vais très bien. »

    S’il délaisse quelque peu les plateaux de tournage ces derniers temps, c’est pour se concentrer sur l’écriture. Dans son dernier livre, Le Juge, Christophe Lambert n’hésite pas à aborder des sujets très sombres, qui selon lui, ne sont que le reflet de notre société. « Je vois que le monde est plus violent qu’a­vant. Vous seriez éton­née par exemple de voir le nombre de pseudo hommes d’af­faires, de pédo­philes proté­gés, qu’on connaît, dans la poli­tique, la finance. Les affaires sont très vite étouf­fées… On trouve des filles dans des caves à qui on file des gamelles comme à des chiens, qu’on bat, qu’on drogue ; ou la petite qu’on vend aux enchères sur le dark Web, et des sites comme Silk Road où on peut trou­ver tout ce qu’on veut et qu’on met souvent des années à fermer ! » Célibataire depuis sa rupture avec Sophie Marceau l’été dernier, Christophe Lambert a vraisemblablement une personnalité aussi atypique que sa carrière.

    Lien permanent Catégories : # Le Vol d’Enfants 0 commentaire
  • Hong Kong, Londres et Shanghai inhabitables

    Barrière de corail au large de Belize en 2010. REUTERS/Lou Dematteis/

    Barrière de corail au large de Belize en 2010. REUTERS/Lou Dematteis/

    Imaginez la Terre dans 85 ans. La médecine aura fait de tels progrès que vos enfants seront encore en pleine forme. Il y aura peut-être 16 milliards d'êtres humains. Près de New York, il fera aussi chaud en hiver qu’au Texas actuellement. Sauf que New York ne sera plus. Elle sera sous les eaux.

    C’est en tous cas la prédiction du scientifique James Hansen, ex climatologue en chef de la Nasa et éminent spécialiste du changement climatique, publiée dans la revue Atmospheric chemistry and Physics, et qualifiée de «controversée» par le quotidien américain Wasington Post.

     

    Hong Kong, Londres et Shanghai inhabitables

    La publication, co-signée par 16 autres scientifiques, met en garde contre les dangers du réchauffement climatique, affirmant qu’une augmentation de deux degrés des températures terrestres pourrait avoir des conséquences beaucoup plus importantes que ne le prévoit le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l’ONU (GIEC), qui a fixé cet objectif aux Etats en 2009. Objectif qui doit par ailleurs servir de base de discussion pour la COP 21, le sommet sur le climat prévu à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.

    Pour James Hansen, professeur à l'Université de Columbia et l’un des premiers scientifiques à avoir alerté l’opinion publique sur les gaz à effet de serre, le niveau de la mer pourrait augmenter de cinq à neuf mètres d’ici 200 ans, voire d’ici la fin du siècle, et des catastrophes naturelles se déclencher. Des villes comme Hong Kong, Londres, New York ou Shanghai deviendraient inhabitables. L’objectif de deux degrés représente donc «un danger élevé», selon lui.

     

    Prêt pour les discussions en décembre

    Mais cette étude n’a pas encore fait l’objet d’une revue critique de ses pairs. Le scientifique, qui a pris sa retraite de la Nasa il y a quelques mois, a en effet donné une conférence de presse alors que l’article n’était pas encore en ligne. Et celui-ci a été publié dans une revue open source, et n’a donc pas fait l’objet d’une étude de ses collègues. Un expert interrogé par le Washington Post critique l’étude, estimant qu’elle fait trop d’extrapolations. Mais d’autres pensent que le GIEC est trop conservateur, et que ses chiffres sont trop optimistes.

    James Hansen a indiqué qu’il avait choisi de court-circuiter le processus normal de publication d’un papier scientifique pour qu’il soit prêt à temps pour les négociations de la Cop 21, qu’il souhaite influencer. Son article sera très certainement discuté à ce moment-là.

    Washington post

    Atmospheric chemistry and Physics

    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2015/07/hong-kong-londres-et-shanghai-inhabitables.html

    Lien permanent Catégories : # Nature 0 commentaire
  • Obama donne une leçon de démocratie à l'Afrique

    Premier président américain à s'exprimer à la tribune de l'Union africaine (UA), Barack Obama a tancé mardi à Addis Abeba les dirigeants africains qui s'accrochent au pouvoir et a appelé le continent à éradiquer le "cancer de la corruption".

    Il a parallèlement exhorté le monde à "changer de regard sur l'Afrique" et à bâtir avec elle de "véritables partenariats", assurant que Washington aiderait les Africains dans leur combat contre le "terrorisme" et les groupes armés, sans toutefois faire d'annonce concrète.

    A l'issue de ce discours, point d'orgue d'un séjour africain au Kenya -pays natal de son père- et en Ethiopie, le président Obama a quitté le continent à destination de Washington.

    "Les progrès démocratiques en Afrique sont en danger quand des dirigeants refusent de quitter le pouvoir à l'issue de leur mandat", a lancé M. Obama, rappelant arriver lui-même au terme de son dernier mandat car la Constitution américaine lui interdit de se représenter. "La loi est la loi, et personne n'est au-dessus, pas même les présidents, (...) personne ne devrait être président à vie", a-t-il poursuivi, se disant impatient de reprendre une vie normale à l'issue de sa présidence.

    Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn était le seul dirigeant africain présent dans la salle portant le nom de l'icône de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela, où étaient réunis représentants des chefs d'Etat de l'UA, diplomates et délégués de la société civile.

    "Cancer de la corruption"
    Le président américain a appelé l'UA à user de son "autorité" et d'une "voix forte" pour faire en sorte que les dirigeants africains "respectent les limitations du nombre de mandats et leurs Constitutions". Après le Burundi, où la conquête acharnée d'un troisième mandat par le président Pierre Nkurunziza le 21 juillet a plongé ce pays dans une crise meurtrière, plusieurs dirigeants africains en fin de mandat cherchent à lever les limitations constitutionnelles du nombre de mandats présidentiels, afin de se maintenir au pouvoir.

    M. Obama a également appelé les dirigeants africains à vaincre le "cancer de la corruption" et à adhérer aux principes démocratiques pour assurer le développement du continent. "En Afrique la corruption aspire des milliards de dollars des économies, de l'argent qui pourrait être utilisé pour créer des emplois, construire des hôpitaux et des écoles", a-t-il ajouté. "Seuls les Africains peuvent mettre fin à la corruption dans leurs pays".

    Démocratie vide de sens
    "Les progrès de l'Afrique dépendront aussi de la démocratie", a-t-il poursuivi, déplorant que des droits garantis par les Constitutions africaines, tels que les libertés d'expression et de réunion, soient encore "refusés à de nombreux Africains". M. Obama a rappelé que "la démocratie, ce n'est pas juste des élections. Quand les journalistes sont mis derrière les barreaux pour avoir fait leur travail, des militants sont menacés, (...) alors il y a une démocratie qui n'en a que le nom mais pas le contenu".

    Il a également rappelé que la "bonne gouvernance" et "l'état de droit" étaient des éléments-clés de la lutte contre le "terrorisme" et les groupes armés qui ensanglantent le continent. "Notre combat contre les groupes terroristes (...) ne sera jamais gagné si nous échouons à répondre aux revendications que les terroristes exploitent".

    Sans faire de promesse concrète, le président américain a assuré que Washington était au côté de l'Afrique dans le combat contre le "terrorisme".

    Abandonner les stéréotypes
    Il a rappelé les succès accomplis en Somalie contre les islamistes shebab, en Afrique centrale contre la rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), par des troupes africaines soutenues par les Etats-Unis, et a salué les pays du Bassin du lac Tchad qui combattent Boko Haram.

    Lundi à Addis Abeba, il avait exclu d'envoyer à nouveau des soldats américains en Somalie, théâtre en 1993 d'un des pires fiascos de l'armée américaine, qui n'est depuis plus intervenue au sol en Afrique, à l'exception d'opérations spéciales ou clandestines et d'évacuations de ressortissants. "Après un demi-siècle d'indépendances, il est plus que temps d'abandonner les vieux stéréotypes d'une Afrique enlisée pour toujours dans la pauvreté et les conflits", a également lancé M. Obama.

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/2864/Dossier-Obama/article/detail/2406339/2015/07/28/Obama-donne-une-lecon-de-democratie-a-l-Afrique.dhtml

    Lien permanent Catégories : # Actualités 0 commentaire
  • Nucléaire iranien : John Kerry défend l’accord devant une commission parlementaire

     

     
    * Les États-Unis seront-ils, par cet accord, contraints de défendre les installations nucléaires iraniennes si Israël choisit de s'attaquer à elles? Israël pourrait très bientôt être "seul au bâton", entouré d'armées d'Allah et de Baphomet...

    Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a affronté mardi un Congrès hostile sur le dossier du nucléaire iranien. Il a dénoncé les "chimères" d'un éventuel "meilleur accord" par rapport au règlement conclu le 14 juillet par les grandes puissances et l'Iran.
     
    Lors d'une audition tendue de quatre heures, M. Kerry a aussi affirmé devant des républicains majoritaires et très hostiles que l'accord était circonscrit à la question du nucléaire. Il a rappelé que cette entente ne concerne pas une hypothétique "réforme" du régime iranien ou ses agissements "déstabilisateurs" dans la région.
     
    "J'insiste: l'alternative à l'accord que nous avons conclu, ce n'est pas un meilleur accord, une sorte de fantasme ou de chimère qui verrait l'Iran complètement capituler", a martelé le chef de la diplomatie américaine. "C'est un fantasme, pur et simple".
     
    "Ce projet a été monté pour régler la question du nucléaire uniquement, pas pour réformer le régime iranien ou pour mettre fin à son appui au terrorisme ou à ses contributions à la violence confessionnelle au Moyen-Orient", a argumenté John Kerry. Ce dernier a passé le plus clair des derniers mois à négocier directement avec l'Iran.
     
    Le texte a été conclu au terme de vingt mois d'intenses négociations entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité - France, Royaume-Uni, Chine, Russie, Etats-Unis -, plus l'Allemagne. Ces pays ont accepté de lever progressivement des sanctions internationales en échange de garanties que Téhéran ne se dotera pas de l'arme atomique.
     
    Vote en septembre
     
    Mais il rencontre beaucoup de résistance au Congrès, dominé par les républicains. Il faudra au moins deux tiers des élus pour bloquer l'accord, lors d'un vote prévu en septembre, car Barack Obama dispose d'un veto. La plupart des démocrates devraient soutenir le président, assurant a priori que l'accord ne sera pas torpillé.
     
    L'opposition des républicains s'articule autour de plusieurs reproches: la procédure d'inspection des sites militaires iraniens, qui peut prendre jusqu'à 24 jours; le transfert probable d'une partie de la nouvelle "manne financière" iranienne au Hezbollah; les risques pour Israël, opposé à l'accord; la levée de l'embargo lié aux missiles balistiques dans huit ans.
     
    Exaspération perceptible
     
    Bombardé de questions, le chef de la diplomatie a laissé filtré son exaspération, parlant par-dessus certains élus et répétant inlassablement son message: mieux vaut un Iran hostile mais sans arme nucléaire, qu'un Iran hostile et nucléaire.
     
    "Pour les Américains, l'Iran est un crocodile ou un requin qui fait ce qu'il veut, et on va leur donner plus de dents pour voir s'ils agissent différemment", a déploré le républicain Scott Perry dans l'un des échanges les plus vifs.
     
    "Je n'ai pas de leçon à recevoir sur qui je représente, j'ai représenté et je me suis battu pour ce pays depuis que je suis sorti de l'université", lui a répondu John Kerry.
     
    Source:
     

    Lien permanent Catégories : # Actualités 0 commentaire
  • 5 à 8 ans de prison promis par Kiev aux députés français après leur visite en Crimée

    5 à 8 ans de prison promis par Kiev aux députés français après leur visite en Crimée

    En apprenant qu’il risquait de croupir de 5 à 8 ans dans les geôles ukrainiennes, voici ce que dit Thierry Mariani : « J’ai entendu dire que là-bas en Ukraine ils ont un sens de l’humour très particulier. Maintenant, j’en  suis convaincu ».

    A sa place, je me méfierais quand même un peu, lors du prochain voyage à Moscou, et éviterais de survoler l’Ukraine, ne serait-ce que pour ne pas défier le sort. Joyeux lurons, les oligarques ukrainiens ne reculent devant aucune blague pour faire rire leurs voisins. Eux qui voient des soldats russes partout, pourraient aussi bien voir quelques soldats français aux côtés des Russes.

    Voici une carte pour illustrer le sens de l’humour ukrainien.

    11811559_470800463090050_1690400570327084218_n

    https://www.facebook.com/SouthFrontEnTwo/photos/a.387143381455759.1073741829.387040188132745/470800463090050/?type=1

    Au lieu de simplement traverser les plus de 1000 km de frontière ouverte pour atteindre Kiev en quelques heures, les Russes préfèrent se compliquer la vie en cherchant, pendant des mois que dure leur invasion, à s’engouffrer en Ukraine par un petit trou de souris situé plus au Sud, à l’extrême opposé de Kiev. RI

    *****

    Le Bureau du procureur général de l’Ukraine a commencé l’examen de la visite de la délégation française en Crimée qui a eu lieu plus tôt dans le mois, lit-on sur la page Facebook du député de la Rada suprême Georgiy Logvinskiy.

    «Une peine de 5 à 8 ans de prison menace les parlementaires français. Après avoir enregistré la plainte, le Bureau du procureur général de l’Ukraine a entamé l’examen de l’affaire», a-t-il écrit ajoutant que tous les membres de la délégation française qui se sont rendus en Crimée en «seront tenus pour responsables».

    Le député ukrainien a qualifié la visite des parlementaires d’«infraction aux lois ukrainiennes» et les a accusés d’«avoir négocié avec les occupants». Il a aussi souligné qu’en conformité avec l’article 332-1 du Code criminel de l’Ukraine, une peine de 5 à 8 ans de réclusion attend les membres de la délégation pour avoir perpétré un tel acte.

    Les parlementaires français indésirables en Ukraine

    Les parlementaires français indésirables en Ukraine

    Dix membres de l’Assemblée Nationale et du Sénat se sont rendus à Moscou la semaine dernière, puis en Crimée où ils ont rencontré les autorités locales et ont échangé avec des habitants. Un acte que le ministère français des Affaires étrangères n’a pas approuvé. Le ministère ukrainien, à son tour, a menacé d’interdire à ces parlementaires d’entrer sur leur sol.

    Dans le même temps on apprend que le service de sécurité ukrainien vient d’interdire à l’acteur français Gérard Depardieu de pénétrer dans le territoire ukrainien pour cinq ans, ont indiqué les médias ukrainiens citant le service. «Le 23 juillet 2015, une ordonnance interdisant l’entrée du citoyen franco-russe Gérard Depardieu en Ukraine pour un délai de 5 ans, a été prise afin de pourvoir la sécurité à notre gouvernement. Pour l’instant, les documents sont en train d’être examinés», lit-on dans le document.

    CLA1gqxWIAAO573

    Gérard Depardieu, au côté de 566 autres acteurs et musiciens, fait partie de la liste des personnalités qui représentent, d’après le ministère ukrainien de la Culture, une menace à la sécurité nationale du pays.

    Gérard Depardieu se met au vert en Biélorussie

    Gérard Depardieu se met au vert en Biélorussie

    http://francais.rt.com/international/4965-kiev-prison-deputes-france

    Lien permanent Catégories : # Actualités, # Conflits 0 commentaire
  • Le marché chinois rechute très fortement, le krach se poursuit...

    Les marchés chinois ont connu une forte rechute lundi 27 juillet. La baisse s’est de nouveau transmise à Hong-Kong, et a entraîné les marchés européens dès leur ouverture. Le récent retour au calme des indices chinois est remis en cause.

    Après plusieurs séances de retour au calme, le marché chinois s’est nettement emballé à la baisse lundi.

    L’indice composite de la Bourse de Shanghai a terminé la séance en chute de 8,48%. L’indice de la bourse de Shenzhen a quant à lui terminé en baisse de 7%. Le CSI 300, regroupant les 300 plus grandes valeurs de Shenzhen, a quant à lui perdu 8,55%. L'indice de la bourse de Shanghai n'avait pas connu une telle baisse journalière depuis environ huit ans.

    Les investisseurs avaient déjà eu du mal, vendredi, à digérer une statistique décevante concernant la contraction de l’activité industrielle chinoise (indicateur PMI manufacturier à 48,2, nettement inférieur aux prévisions des analystes).

    La baisse de ce lundi était plutôt de nature spéculative, aucune nouvelle majeure n'expliquant vraiment l'ampleur de la chute. "Certains analystes financiers estiment que la crainte de voir Pékin repousser de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire a contribué à saper la confiance des investisseurs", avance Le Monde dans une dépêche publiée en matinée.


    Rechute après plusieurs séances de retour au calme

    La baisse de lundi est interprétée comme un mouvement de rechute, alors que la Chine a déjà connu un krach boursier de 30 à 40% entre le 15 juin et le 8 juillet, succédant à une phase de hausse très marquée (+150% entre la mi-2014 et la mi-2015). Les indices chinois avaient retrouvé leur calme au cours des deux dernières semaines (faible volatilité et marché plutôt haussier), laissant penser que la période de baisse était terminée.

    Le retour au calme n’avait pas pour autant convaincu tout le monde au cours des dernières séances : nous rapportions vendredi dernier les propos du courtier XTB, qui affirmait alors au sujet du récent krach boursier chinois : « le plus dur reste à venir », une phrase que l'on peut qualifier de prémonitoire.
    Relative transmission de la baisse

    La rechute des marchés chinois a entraîné avec elle la place de Hong-Kong, où l’indice Hang Seng Composite a terminé un peu plus tard en baisse de 3,77%. La baisse ne s’est en revanche que marginalement transmise au marché japonais, dont l’indice Nikkei s’est contracté de 0,95%.

    La chute du marché chinois a néanmoins participé à la nette baisse des marchés européens en cours de journée, et ce pour la première fois depuis les débuts du krach boursier chinois. Fin juin – début juillet, les investisseurs sur le continent européen s’inquiétaient bien plus du dossier grec que des évolutions erratiques des places asiatiques.

    À la clôture de ce lundi, le CAC40 a abandonné 2,57%, le Dax allemand a perdu 2,56%, tandis que le Footsie britannique a limité la casse à -1,14%. La baisse se retrouvait dans des proportions semblables sur les principaux marchés d’Europe du Sud. Les marchés européens se sont également ajustés, en début de séance, par rapport à la bourse de New York, qui avait poursuivi son mouvement baissier vendredi après la clôture des places européennes. La publication d'un bon indice Ifo lundi matin (baromètre des anticipations économiques des chefs d'entreprises allemands), à 108 points en juillet contre 107,5 en juin, n'a pas permis de limiter le mouvement baissier.

    X. Bargue
    Source
    Lien permanent Catégories : # Actualités, # Economie 0 commentaire
  • Google vous surveille et ne s’en cache pas

     

    Google Maps vient de se doter, mardi, d’une nouvelle fonctionnalité. Avec «Votre Timeline», les utilisateurs pourront désormais visualiser leurs moindres déplacements.
     
    En 1950, dans le roman 1984, George Orwell s’inquiétait de l’atteinte aux libertés fondamentales via une phrase, aujourd’hui devenue célèbre, « Big Brother is watching you ». Au regard des prouesses technologiques, cette expression n’a jamais autant fait sens qu’actuellement. Google vient de lancer, mardi, une nouvelle fonctionnalité permettant de retracer les moindres déplacements.

    Pour justifier l’apparition de cette nouvelle fonctionnalité, Google sait s’y prendre. « Vous avez toujours voulu un moyen de se rappeler facilement tous les endroits ? [...] Et bien, à partir d’aujourd’hui, Google Maps peut vous aider », explique Gerard Sanz, chef de produit à Google.

    « Google is watching you »
     
    Intitulée « Votre Timeline », le nouveau service de Google Maps offre la possibilité à ses utilisateurs de visualiser tous les trajets effectués, du simple aller-retour à la boulangerie, jusqu’au voyage dans un pays étranger. Que vous soyez à pied ou en voiture, Google le saura. Et si vous avez pris des photos sur la route, Google les montrera dans le but d’enrichir sa Timeline, qui sera, par ailleurs, entièrement personnalisable.

     

     Avec l’arrivée de cette fonctionnalité, le géant de Moutain View relance le débat sur le respect de la vie privée. Pour sa défense, Google explique que la Timeline sera privée, et donc, uniquement visible par l’utilisateur et personne d’autre. De plus, il sera libre de supprimer une partie, ou l’intégralité, de son historique

     

    Toutefois, pour que Google puisse conserver en mémoire les trajets, il faut que l’utilisateur conserve son smartphone avec soi lors de ses déplacements, et qu’il autorise la fonction de traçage. Dans le cas contraire, Google ne pourra, évidemment, pas suivre ses allées et venues. Pour l’instant, la Timeline de Google Maps est uniquement disponible pour Android (v9.12.0) et PC

     

    Source:

    http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021221241388-google-vous-surveille-et-ne-sen-cache-pas-1139038.php?352llT08YRXRiIsv.99

    http://conscience-du-peuple.blogspot.be/2015/07/google-vous-surveille-et-ne-sen-cache.html

    Lien permanent Catégories : # Big Brother Dossier, # Internet 0 commentaire
  • Recyclage, les points noirs du business vert

    Avec 870 millions de tonnes de déchets par an dans l'Hexagone, le recyclage est devenu un enjeu majeur. En donnant une seconde vie aux poubelles, le procédé doit permettre de lutter contre la pollution et de préserver les ressources naturelles du territoire. Mais ce nouveau business, qui représentait neuf milliards d'euros en 2013, connaît ratés et scandales. Contrairement aux bouteilles en verre ou aux boîtes de conserve, massivement recyclées, les emballages en plastique finissent pour la plupart à la décharge ou sont incinérés. Se pose également le problème des déchets électroniques, qui se multiplient et regorgent de substances toxiques.


    Recyclage, les points noirs du business vert par Lywest

    Lien permanent Catégories : @ Recyclage, les points noirs du business vert 0 commentaire
  • Pr. Montagner, Nobel de Médecine: " Les vaccinations de masse ont été désastreuses"

     

    Pr. Montagner, Nobel de Médecine: " Les vaccinations de masse ont été désastreuses"

    « ...Le déni ! Ce qui est dommage, c'est que l'attitude des pouvoirs publics et des institutions dépendant du public ou de leurs représentants préfèrent faire un déni des problèmes plutôt que de les traiter. Il y a des exemples patents, le nôtre par exemple, mais il y en a d'autres. Il y a les rapports avec les effets secondaires des vaccinations. » 

    Ce n'est pas en niant ces effets secondaires qu'on va aider la vaccination, au contraire. On va tuer les vaccinations qui sont peut-être très utiles. Il faut reconnaître qu'il y a des personnes, des enfants qu'il ne faut pas vacciner dans certaines circonstances. Il ne faut pas que la vaccination soit une vaccination de masse. Les vaccinations de masse ont été désastreuses. On se souvient de l'hépatite B des enfants en âge scolaire par exemple, ou les vaccinations antipolio chez les enfants africains par exemple, sans discrimination. 

    Alors, ça demande davantage d'efforts médicaux, mais c'est très important qu'il n'y ait aucun mort par vaccination. Même une seule mort serait de trop ou une maladie grave, ou une maladie grave handicapant à vie l'enfant. Si on fait un déni de ces événements, simplement parce qu'on veut éviter des problèmes, on recule devant la reconnaissance de la réalité, et ça c'est anti-scientifique, totalement anti-scientifique. » 

     

     

     


    Et ci-dessous, une des nombreuses vidéos qui confirment à 100% les vues du Professeur Montagnier sur les douloureux (et inutiles) fiascos des vaccinations de masse, par définition aveugles... 

     

     

     

    Voir aussi : 

    - Évolution de la sclérose en plaques en France depuis le début de la vaccination contre l'hépatite B 
    - Une augmentation de 65% des scléroses en plaques après le pic de vaccination contre l'hépatite B en France de 1994 
    - Scientifiquement prouvé : le vaccin anti-hépatite B détruit les cellules du foie... un comble! 
    - Vaccination polio en Inde : la maladie causée par le vaccin, deux fois plus meurtrière 
    - Un nouveau virus de type polio provoque des paralysies infantiles aux États-Unis 
    - Comment des vaccins causent des cancers, des paralysies et des décès depuis des décennies 
    - Vaccin polio : l'inconnu -SV40 & cancer 
    - Dégâts du vaccin polio oral : un fabricant condamné à verser 22,5 millions de dollars à un Américain 
    - Variole & polio : aveux explosifs sur des vaccins reçus par des centaines de millions de gens 
    - Vaccins : ce que des médecins en disaient déjà en 1875 
    - Variole : le mythe de la vaccination éradicatrice

     

    Extrait du rapport final de l'éradication de la variole de l'OMS (1979-1980) :

     

    « Les campagnes d'éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas. [...] ...il fallait absolument changer de stratégie. »

     

    Demandez-vous quel virologiste, quel immunologiste ou infectiologue a fait l'effort de lire ce rapport avant de vous préconiser des vaccins tous azimuts ?

     

     

    Source

    Lien permanent Catégories : # Pharmaco-chimie & Psychiatrie & Vaccins 0 commentaire
  • Olivier Delamarche

    Un grand classique : La minute d’Olivier Delamarche : Tsipras, un politique “sans testicules et sans cerveau” – 20/07

    Lien permanent Catégories : >> Olivier Delamarche 0 commentaire
  • http://fr.sputniknews.com

    La délégation française surprise par ce qu'elle découvre en Crimée

    http://fr.sputniknews.com/international/20150724/1017223791.html

     

    Kirghizstan: le président accuse Washington de semer le chaos

    http://fr.sputniknews.com/international/20150727/1017238508.html

     

    Gaz pour l'UE: l’absence d’alternative à la Russie agace Washington

    http://fr.sputniknews.com/international/20150727/1017238054.html

     

    La Turquie convoque une réunion extraordinaire de l'Otan

    http://fr.sputniknews.com/international/20150727/1017237380.html

     

    Etat islamique: Poutine et Erdogan appellent à coordonner les efforts

    http://fr.sputniknews.com/international/20150727/1017236650.html

     

    Medvedev en Slovénie pour évoquer la coopération bilatérale

    http://fr.sputniknews.com/international/20150727/1017236557.html

     

     

    Ukraine: des représentants de l'OSCE attaqués

    http://fr.sputniknews.com/presse/20150727/1017238111.html

     

    Assad: il n'y a pas de solution politique à la crise en Syrie

    http://fr.sputniknews.com/international/20150726/1017233585.html

     

    Pétrole: nouvel effondrement des cours en perspective?

    http://fr.sputniknews.com/economie/20150724/1017207841.html

    Lien permanent Catégories : > sputniknews.com 0 commentaire
  • Iran : Grâce au soutien de Pékin, Moscou a réussi à remporter la partie

     

     
     
    L'accord iranien a montré la capacité du président russe à peser dans les affaires du monde, malgré les tentatives de l'Occident de le dénigrer, estiment David Herszenhorn et Steven Myers, observateurs au New York Times.

    Bien que le dernier pas pour arriver à l'obtention de l'accord dépende surtout des États-Unis et de l'Iran, la Russie est intervenue ces dernières semaines pour arriver à défendre son intérêt principal: lever l'embargo sur la vente d'armes à l'Iran imposé en 2010. Grâce au soutien de Pékin, Moscou a réussi à remporter la partie, et les participants de la discussion sont arrivés au compromis.

    Les autorités européennes et américaines, ayant annoncé à plusieurs reprises "l'isolement politique" de Vladimir Poutine, n'ont pas pu atteindre leur but. La semaine passée, le président russe a accueilli à Oufa les leadeurs des pays membres de l'OCS et des BRICS ainsi que des pays envisageant d'y adhérer, et a profité de la relation particulière entre le président chinois Xi Jinping et le président iranien Hassan Rohani. Les journalistes soulignent que les efforts de la Russie sur la scène internationale ont été appréciés même par le président américain Barack Obama, qui a remercié son homologue russe pour son rôle dans l'accord iranien.

    Le président américain a également souligné que Vladimir Poutine l'avait appelé récemment pour discuter de la situation en Syrie et proposer une coopération ultérieure, malgré le manque de consensus sur la crise ukrainienne. Barack Obama a poursuivi mercredi cet échange par un appel téléphonique, pour souligner le "rôle du dialogue russo-américain pour assurer la stabilité et la sécurité dans le monde".

    Toutefois, les relations entre la Russie et les États-Unis restent tendues à cause de la crise ukrainienne, mais une approche diplomatique coordonnée et bien pensée offre au président la possibilité de maintenir la position russe sur la scène internationale et de repousser les tentatives occidentales de le faire passer pour un "malfaiteur". D'après le NYT, Vladimir Poutine a répondu aux critiques occidentales par des tentatives de maintien de paix sans lesquelles l'accord iranien n'aurait pas eu lieu.

    "C'est un exemple d'un comportement stratégique et raisonnable de la Russie", a souligné le directeur de l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales de l’Académie russe des sciences Aleksandr Dynkine dans son interview pour Vedomosti.

    Source

    Lien permanent Catégories : # Actualités 0 commentaire