Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

jeudi, 02 octobre 2014

La guerre de l'or noir

Première observation : la production des gisements existants connaît un déclin impressionnant. Il faudrait, pour combler le déficit, trouver 5 millions de barils en plus par jour, l'équivalent de la production de l'Iran ou de l'Irak ! Deuxième constat, tout aussi inquiétant : personne ne connaît exactement l'état des réserves. Les chiffres avancés sont probablement surestimés. Or sans pétrole, tout notre système économique s'effondre : transports, médecine, agro-industrie… Il y a donc urgence à trouver le moyen de mieux exploiter les ressources disponibles et à en découvrir de nouvelles. De laboratoire en laboratoire, de champ pétrolifère en plate-forme de forage, le documentaire fait le point sur les recherches en cours : forages de prospection, méthodes d'extraction plus performantes, étude de la formation des hydrocarbures. Sous la direction de Vladimir Kutcherov, des chercheurs russes affirment en effet que le pétrole n'est pas une énergie fossile, mais se forme en continu dans les profondeurs de la terre. Pour l'instant, les experts occidentaux considèrent cette théorie avec réserve, voire avec hostilité. Et continuent de privilégier la recherche de sites de plus en plus difficiles à exploiter comme l'a montré la catastrophe du golfe du Mexique.


La guerre de l'or noir par Lywest

Discours du Président Obama à l’Assemblée générale des Nations Unies

 

 

J’avais lu beaucoup de critiques dénonçant un discours délirant – c’est en effet largement mérité…

Merci aux traducteurs œuvrant pour la communauté

 

A vous de comparer avec le discours de Lavrov et de vous faire votre opinion.

 

24 septembre 2014

 

Salle des séances de l’Assemblée générale des Nations unies – New York

 

PRÉSIDENT OBAMA : M. Le Président, M. le Secrétaire général, MM. les délégués, Mesdames et Messieurs. Nous nous retrouvons à la croisée des chemins entre guerre et paix, entre désordre et intégration, entre peur et espoir.

 

Tout autour du globe, il y a des signes de progrès. L’ombre de la Guerre mondiale qui existait au moment de la fondation de cette institution a été levée et les perspectives de guerre entre les puissances majeures réduites. Le nombre d’états membres a plus que triplé et plus de gens vivent sous des gouvernements qu’ils ont élus. Des centaines de millions d’êtres humains ont été libérés de la prison de la pauvreté, la proportion de ceux vivant dans l’extrême pauvreté ayant été divisée par deux. L’économie mondiale continue de se renforcer après la pire crise financière que nous ayons jamais connue.

 

Aujourd’hui, que vous viviez dans le centre de Manhattan ou dans le village de ma grand-mère à plus de 300 kilomètres de Nairobi, vous pouvez tenir dans votre main plus d’informations que n’en possèdent les plus grandes bibliothèques du Monde. Ensemble, nous avons appris à guérir la maladie et à exploiter la puissance du vent et du soleil. L’existence même de cette institution est un accomplissement unique — les peuples du monde s’engageant à résoudre pacifiquement leurs différends et leurs problèmes ensemble. Je dis souvent aux jeunes aux États-Unis que malgré les gros titres, ceci est le meilleur moment de tout l’Histoire humaine pour vivre, car vous avez plus de chances que jamais auparavant d’être alphabétisé, d’être en bonne santé, d’être libre de poursuivre vos rêves.

 

Et pourtant il y a un malaise omniprésent dans notre monde — un sentiment que les forces mêmes qui nous ont réunis ont créé de nouveaux dangers et ont rendu difficile pour n’importe quelle nation de s’isoler des forces mondiales. Alors que nous nous réunissons ici, une épidémie d’Ebola submerge les systèmes de santé publique en Afrique occidentale et menace de se répandre rapidement à travers les frontières. L’agression russe en Europe rappelle les jours où de grandes nations en ont piétiné de petites dans une quête d’ambition territoriale. La brutalité des terroristes en Syrie et en Irak nous oblige à examiner le cœur des ténèbres.

 

Chacun de ces problèmes exige une attention urgente. Mais ce sont aussi les symptômes d’un problème plus large — l’échec de notre système international à suivre le rythme d’un monde interconnecté. Nous, collectivement, n’avons pas investi en juste proportion dans le système de santé publique des pays en voie de développement. Trop souvent, nous avons échoué à faire respecter des normes internationales quand il était inopportun de le faire. Et nous n’avons pas lutté assez puissamment contre l’intolérance, le sectarisme et le désespoir qui alimentent l’extrémisme violent dans de trop nombreuses parties du monde.

 

MM. les délégués, nous venons ensemble en tant que nations unies avec un choix à faire. Nous pouvons renouveler le système international qui a permis tant de progrès, ou nous pouvons nous laisser emporter par un courant sous-jacent d’instabilité. Nous pouvons réaffirmer notre responsabilité collective à nous confronter aux problèmes mondiaux, ou nous pouvons être submergés par de plus en plus de crises d’instabilité. Et pour l’Amérique, le choix est clair : nous choisissons l’espoir plutôt que la crainte. Nous voyons l’avenir non pas comme quelque chose qui nous échappe, mais comme quelque chose que nous pouvons façonner pour le meilleur grâce à un effort concerté et collectif. Nous rejetons le fatalisme ou le cynisme lorsqu’il s’agit des affaires humaines. Nous choisissons de travailler pour un monde comme il devrait être, comme nos enfants méritent qu’il soit.

 

Il y a beaucoup de choses qui doivent être faites pour répondre aux épreuves de ce moment. Mais aujourd’hui je voudrais me concentrer sur deux questions-clés à la base de tant de nos défis — est-ce que les pays ici aujourd’hui vont être capables de renouveler la mission fondatrice de l’ONU ; et est-ce que nous rassemblerons pour rejeter ensemble le cancer de l’extrémisme violent.

 

Premièrement, nous tous — grandes et petites nations — devons faire face à nos responsabilités d’observer et de faire respecter les normes internationales. Nous sommes ici parce que d’autres ont réalisé que nous gagnons plus par la coopération que par la conquête. Il y a 100 ans, une guerre mondiale a eu raison de la vie de millions d’hommes, montrant qu’avec la puissance terrible de l’armement moderne, la cause de l’empire aboutit au cimetière. Il aura fallu une autre guerre mondiale pour faire reculer les forces du fascisme, les notions de suprématie raciale, et former les Nations Unies pour s’assurer que plus jamais aucune nation ne pourrait subjuguer ses voisins et réclamer leur territoire.

Suite --> http://www.les-crises.fr/discours-du-president-obama-a-lassemblee-generale-des-nations-unies/

L’État Islamique aux portes de Bagdad

 

 

Lu sur le site Média Presse Info : Selon mailonline du 1er octobre 17 heures (site internet du Daily Mail) les terroristes de l’État Islamique (Daesh) sont à 1 km de Bagdad. Ils tentent de prendre le contrôle de la capitale où règne désormais une atmosphère de peur. Hier 1000 soldats irakiens auraient été tués en périphérie de la ville.

 

Il semblerait que les combattants de Daesh n’ont pas réussi à prendre la ville de Falloujah et auraient décidé de se diriger vers Bagdad à 50 km. Apparemment Obama aurait surestimé les capacités de l’armée irakienne et sous-estimé celles de Daesh.

 

Le problème des bombardements tient à la difficulté de localiser les cibles militaires notamment d’armes. Ce faisant les Britanniques se seraient rattrapés sur les puits de pétrole. Par ailleurs de nombreux civils auraient été tués.

 

Les rues de la capitale sont vides alors qu’habituellement les voitures sont pare-choc contre pare-choc. Un soldat irakien a déclaré à Sky Nouvelles que si les djihadistes approchaient, il se débarrasserait de son uniforme. S’il était capturé il déclarera qu’il a été obligé de s’enrôler. Cela donne une idée du moral de l’armée irakienne.

 

Apparemment les églises chrétiennes sont extrêmement inquiètes et s’apprêtent au martyr.

 

À ce moment les combats continuent de faire rage autour de Bagdad.

http://www.contre-info.com/

Ukraine : échange de prisonniers

Voici la dernière vidéo de Vincent Parlier… quelques images qui valent mieux qu’un long discours.

 

 

 

ONU : les bombardements de l’école à Donetsk « inacceptables » en toutes circonstances

 
ONU : les bombardements de l’école à Donetsk « inacceptables » en toutes circonstances

© Photo: novayagazeta-ug.ru

Par La Voix de la Russie | Les bombardements des écoles sont inacceptables, a indiqué le porte-parole de l’ONU Stephane Duzharrik en commentant le bombardement de l'école à Donetsk ce mercredi.

« Nous sommes très préoccupés par les informations sur les violences que nous avons observées au cours de ces deux derniers jours. Le bombardement d’une école est préoccupant et inacceptable en toutes circonstances », a déclaré le représentant de l'ONU.

« Le secrétaire général de l'ONU appelle suivre à la lettre les accords signés à Minsk et réaliser le cessez-le-feu. Tous les côtés doivent redoubler d'efforts pour trouver une solution politique », a déclaré Duzharrik.
Lire la suite:
http://french.ruvr.ru/news/2014_10_01/ONU-les-bombardemen...

Symboles nazis en Ukraine: Moscou compte sur une réaction internationale

 

Symboles nazis en Ukraine: Moscou compte sur une réaction internationale

© RIA Novosti/Alexander Maximenko

GENEVE, 1er octobre – RIA Novosti/La Voix de la Russie La Russie espère que l'utilisation de symboles nazis par les bataillons de la Garde nationale en Ukraine provoquera une réaction au sein de la communauté internationale, a déclaré mercredi le délégué aux droits de l'homme du ministère russe des Affaires étrangères Konstantin Dolgov.

"Où est la réaction internationale face à cela? Pour le moment, nous ne l'observons malheureusement pas, mais nous espérons qu'elle surviendra", a-t-il indiqué lors d'un point de presse à Genève.

"Ceux qui foncent combattre sous des insignes nazis et bandéristes (liés à Stepan Bandera, père du nationalisme ukrainien, ndlr) doivent comprendre et savoir que la communauté internationale n'est pas de leur côté. Dans le cas contraire, l'Europe fera de plus en plus souvent face au problème du nazisme", a souligné le diplomate russe.

Les autorités de Kiev mènent depuis le 15 avril une "opération antiterroriste" d'envergure en vue de réprimer la révolte qui a éclaté dans le Donbass suite au renversement du président Viktor Ianoukovitch le 22 février. Selon l'ONU, plus de 2.000 civils ont été tués et près de 5.000 autres blessés dans cette région depuis mi-avril.

Les bataillons "Azov" et "Donbass", ainsi que le mouvement extrémiste Secteur droit, participent à cette opération militaire en arborant des symboles nazis.

 

RIA Novosti
Lire la suite:
http://french.ruvr.ru/news/2014_10_01/Symboles-nazis-en-U...

Human Rights Watch: il faut enquêter sur les fosses communes près de Donetsk

 

Human Rights Watch: il faut enquêter sur les fosses communes près de Donetsk

© Collage: La Voix de la Russie

Par La Voix de la Russie | Les militants des droits de l'Homme de l’organisation Human Rights Watch (HRW) ont appelé à une enquête immédiate sur les corps des civils retrouvés dans les fosses communes dans la région de Donetsk, a indiqué le directeur adjoint de l’organisation en Europe Rachel Denber.

« Nous devons commencer une enquête approfondie, impartiale et rapide, y compris la participation des experts médico-légaux indépendants et impartiaux », a déclaré Denber.

Selon elle, en l'absence d'informations fiables organisation des droits de l'homme ne peut pas commenter autrement la situation, mais d'appeler à une enquête indépendante.
Lire la suite:
http://french.ruvr.ru/2014_10_01/Human-Rights-Watch-il-fa...

Ukraine: 400 corps découverts dans des charniers près de Donetsk

 

Ukraine: 400 corps découverts dans des charniers près de Donetsk

© Photo: REUTERS/Marko Djurica

MOSCOU, 1er octobre - RIA Novosti/La Voix de la Russie Plus de 400 corps retrouvés dans des fosses communes près de Donetsk (est de l'Ukraine) se trouvent actuellement dans les morgues de la ville, a annoncé le militant letton des droits de l'homme Ainars Graudins cité par le journal Rossiïiskaïa Gazeta.

Selon M.Graudins, un groupe d'observateurs européens dont il fait partie a inspecté deux charniers en compagnie de représentants des "républiques populaires" de Donetsk et de Lougansk. Les corps y étaient enterrés sous une mince couche de terre, indique-t-il.

"A l'heure actuelle, dans la seule ville de Donetsk près de 400 corps non identifiés se trouvent dans les morgues, et il est évident que de nombre va augmenter au fur et à mesure de l'exhumation", a estimé l'observateur.

Fin septembre, une fosse commune contenant des corps habillés en tenue civile a été découverte à 60 kilomètres de Donetsk. Les autorités russes ont alors estimé qu'il s'agissait de victimes d'un massacre perpétré lors des hostilités entre forces armées ukrainiennes et brigades indépendantistes du Donbass, en imputant la responsabilité à la Garde nationale ukrainienne.

RIA Novosti
Lire la suite:
http://french.ruvr.ru/news/2014_10_01/Ukraine-400-corps-d...

mercredi, 01 octobre 2014

Des opérations d'urgence, de "niveau 2", sont effectives dès maintenant à Dallas, là où le premier cas d'Ebola a été identifié (anglais)

 

 
* Si la situation dégénère, ce que je crois, la loi martiale [la FEMA et le militaire prennent le contrôle du pays) sera inévitablement décrétée pour mettre en place des centres de quarantaine, pour encadrer le confinement de la population et pour contenir les révolutions civiles. J'ai la nette impression que cette fois-ci ce sera "la bonne" (comparée à la fausse pandémie de H1N1). Soyez avertis. 
 
Il n'est pas ici question de se laisser berner par "l'appel à la peur", ni par "l'appel à l'émotion", mais de prendre acte des éléments qui, connectés ensemble, nous laissent entrevoir une crise humanitaire gigantesque orchestrée dans le but de créer un traumatisme psycho-social qui conditionnera la population à implorer le secours des autorités pour qu'elles nous ramènent la "paix et la sécurité". Mais à quel prix? Voilà le véritable enjeu... 


http://www.nbcdfw.com/news/health/Case-of-Ebola-Confirmed...

09:59 Publié dans Actualitées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ebola |  Facebook |

mardi, 30 septembre 2014

Irak: offensive kurde contre les djihadistes


Irak: offensive kurde contre les djihadistes par euronews-fr

Olivier Berruyer et Jacques Sapir: "Il faut que l’euro meurt"

Ces "élites" qui considèrent que les humains sont une plaie sur terre

 

Beaucoup de gens refusent de le croire, mais les personnes les plus influentes du monde et leurs proches, ceux qui pourraient être considérés comme l'élite mondiale et leurs assistants, sont convaincus que la surpopulation est la cause principale des problèmes du monde.


Ils croient réellement que les humains sont un fléau sur la terre et si rien n'est fait pour limiter l'explosion démographique, nous devront faire face à davantage pauvreté, de guerres et de souffrance dans le futur sur une planète en désolation et sale.

Tout ce qui réduit la population humaine est considéré comme positif pour les adeptes de cette philosophie.Voici quelques citations de différents personnages qui considèrent ouvertement qu'il est nécessaire de sacrifier une grande partie de l'humanité ...


 

130709holdren

 

John P. Holdren ·, conseiller scientifique de Barack Obama:

 

"Un programme de stérilisation des femmes après leur deuxième ou troisième enfant, même si cela s'avère plus difficile que l'opération de vasectomie, pourrait être plus facile à mettre en œuvre que d'essayer de stériliser les hommes. 
Le développement d'une capsule de stérilisation à long terme pouvant être implantée sous la peau et être retirée lorsque la grossesse est désirée ouvre des possibilités supplémentaires pour le contrôle coercitif de la fertilité. La capsule pourrait être implantée à la puberté et être amovible, avec une permission officielle, pour un nombre limité de naissances "

 


 

santé grand

 

· Ezekiel Emanuel, ancien conseiller de santé du président Obama et l'un des architectes du projet de santé publique Obamacare:

 

"La société serait bien mieux si les gens ne cherchaient pas à vivre au-delà de 75 ans".

 

«La société et les familles seraient mieux si la nature suivait son cours rapidement et avec promptitude".

 

«C'est inefficace de gaspiller des ressources médicales pour des personnes qui ne peuvent pas avoir une bonne qualité de vie".

 


 

Sir David Attenborough

 

· Sir David Attenborough, présentateur de télévision au Royaume-Uni:

 

«Nous sommes un fléau sur la terre. C'est clairement quelque chose que nous allons voir au cours des 50 prochaines années. Ce n'est pas simplement une question de changement climatique; c'est une question d'espace, de trouver des endroits pour produire de la nourriture pour cette foule immense. Soit nous limitons la croissance de notre population soit la nature le fera pour nous "

 


 

Paul Ehrlich

 

· Paul Ehrlich, ancien conseiller scientifique du président George W. Bush et auteur de "The Population Bomb":

 

«À notre avis, la solution fondamentale est de réduire l'ampleur des activités humaines, y compris la taille de la population, le maintien de sa capacité à consommer des ressources dans la capacité de charge de la Terre".

 

"Personne, à mon avis, n'a le droit d'avoir 12 enfants, ou même trois, à moins que la deuxième grossesse soit des jumeaux".

 


 

Ted Turner

 

· Ted Turner, fondateur de CNN:

 

«Une population mondiale totale comprise entre 250 et 300 millions de personnes, soit une baisse de 95% par rapport aux niveaux actuels, serait idéal"

Autre déclaration  de ce membre du Bilderberg:

 


 

Le Premier ministre japonais 82981249KK003

 

· Vice-Premier Ministre du Japon, Taro Aso (en parlant des patients atteints de maladies graves):

 

"On ne peut bien dormir lorsque l'on sait que tout est payé par le gouvernement. Ceci ne sera pas résolu tant qu'ils ne se hâtent pas de mourir".

 


 

david-rockefeller

 

· David Rockefeller:

 

"L'impact négatif de la croissance démographique sur l'ensemble de nos écosystèmes planétaires est en train de devenir quelque chose de terriblement évident".

Rockefeller et son programme de dépopulation au CFR...

 


 

roger martin

 

· Roger Martin, un militant écologiste:

 

"Sur une planète finie, la population optimale fournissant une meilleure qualité de vie pour tous, est nettement inférieure au nombre maximal que permet la simple survie. Plus nous sommes nombreux, moins il y a de ressources pour chacun, moins de gens permet de bénéficier d'une vie meilleure ".

 


 

Bill Maher

 

· Bill Maher, animateur de HBO:

 

«Je suis en faveur de l'avortement, je suis en faveur du suicide assisté, je favorise le suicide régulier ... Trop de gens, la planète est trop encombré et nous devons promouvoir la mort".

 


 

penny_Chisholm

 

· Penny Chisholm, professeur au MIT (Massachusetts Institute of Technology):

 

"Le vrai défi est d'essayer de stabiliser la population en dessous de 9 milliards, faire en sorte que le taux de natalité dans les pays en développement diminuent aussi vite que possible. Cela permettra au nombre d'êtres humains sur la terre de se stabiliser".

 


 

phil Cafaro

 

· Philippe Cafaro, professeur à l'Université d'État du Colorado:

 

«Mettre fin à la croissance de la population humaine est une condition nécessaire (mais non suffisante) pour la prévention du changement catastrophique du climat mondial. En fait, ce n'est pas suffisant pour ralentir la croissance, mais il est nécessaire de réduire de manière significative la population actuelle pour y arriver".

 


 

eric r Pianka

 

Eric R. Pianka · professeur de biologie à l'Université du Texas:

 

"Je n'ai rien contre les gens. Cependant, je suis convaincu que le monde, y compris toute l'humanité, serait nettement mieux sans beaucoup d'entre nous".

 


 

Margaret Sanger

 

· Margaret Sanger, fondatrice du Planning Familial (organisation non gouvernementale associée à l'International Planned Parenthood Federation):

 

"Tous nos problèmes sont le résultat d'un excès de reproduction de la classe ouvrière".

 

"La chose la plus miséricordieuse qu'une grande famille peut faire pour un de ses enfants, est de le tuer".

 


 

Giubilini minerva

 

· Alberto Giubilini de l'Université Monash à Melbourne et Francesca Minerva de l'Université de Melbourne, dans un article publié dans le Journal of Medical Ethics:

 

«Nous croyons que lorsque des situations similaires à celles justifiant l'avortement se produisent  après la naissance, on devrait être autorisé ce que nous appelons « l'avortement post-natal. " 

 

Nous proposons d'appeler l'avortement post-natale, au lieu de l'appeler «infanticide», pour souligner que le statut moral de l'individu tué est comparable à celle d'un foetus ... au lieu de le comparer à un enfant. 

 

Donc dire que le meurtre d'un nouveau-né peut être éthiquement acceptable dans les circonstances telles que celles d'un avortement. 
Ces circonstances comprennent les cas où le nouveau-né a le potentiel d'avoir une vie décente, mais le bien-être de la famille est en danger "

 


 

nina Fedoroff

 

· Nina Fedoroff, conseillère d'Hillary Clinton:

 

"Nous devons continuer à réduire le taux de de croissance de la population mondiale ; la planète ne peut supporter beaucoup plus de gens "

 


 

220px-David_Brower

 

· David Brower, premier directeur exécutif du Sierra Club:

 

"La grossesse devrait être un crime punissable contre la société, à moins que les parents aient une licence du gouvernement. 
Tous les parents potentiels devraient être tenus d'utiliser des contraceptifs chimiques et des antidotes seraient donnés par le gouvernement aux citoyens choisis pour procréer".

 


 

· Thomas Ferguson, ancien fonctionnaire de l'Office du Département d'Etat des Affaires de la population:

 

"Nous devons réduire les niveaux de la population. Tous les gouvernements peuvent le faire proprement, comme nous le faisons (aux Etats-Unis), ou se résoudre à avoir le genre de problèmes désastreux qu'ils y a dans des endroits comme El Salvador, l'Iran ou Beyrouth. 
La population est un problème politique. Une fois que la population est hors de contrôle, il faut un gouvernement autoritaire, même le fascisme, pour la réduire ... "

 


 

Mikhaïl Gorbatchev

 

· Mikhaïl Gorbatchev:

 

"Nous devons parler plus clairement sur la sexualité, la contraception, l'avortement le, les questions de population témoin, à cause de la crise écologique que nous vivons. Si nous pouvons réduire la population de 90%, il n'y aura pas assez de gens pour causer de graves dommages écologiques ".

 


 

Jacques-Yves Cousteau

 

· Jacques Cousteau:

 

"Afin de stabiliser la population mondiale, nous devons éliminer 350.000 personnes par jour. C'est une chose horrible à dire, mais il est tout aussi mauvais de ne pas le dire".

 


 

Pentti Linkola

 

· Linkola Pentti, écologiste finlandais:

 

«Si je pouvais appuyer sur un bouton, je me sacrifierais sans hésitation si cela signifiait que des millions de personnes mourraient".

 


 

prince philip-

 

· Le prince Phillip, époux de la reine Elizabeth II et co-fondateur du Fonds mondial pour la nature:

 

«Si je pouvais être réincarné, je voudrais revenir comme un virus mortel, afin d'aider à résoudre la surpopulation".

 


 

dépopulation-520

 

Croyez-vous encore que les plans de dépopulation massive des élites sont le résultat de l'imagination de quatre personnes paranoïaques?

 

Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ...

 

Références: